Et si nous étions prisonniers de la mobilité ?