MOBILITES. Où en est le « droit à la prise »?